Mentions légales

Cabinet de Kinésiologie - Le Sappey en Chartreuse - svimpierre@gmail.com

La magie du cerveau :

Mémoire et émotions (Partie 1/2)

Nous avons vu dans la Partie 1 que le cerveau est une machine complexe et que nos réactions à des évènements, stressant ou non, sont souvent régies par le subconscient.

Dans cette deuxième partie j’aborderai le lien entre ces réactions subconscientes et la Kinésiologie. Je vous donnerai aussi mon opinion sur le rôle du subconscient.

Bonne lecture !

Une question : Qu'est-ce qu'un stress ?

C’est une réaction négative du corps ou de l’esprit. Ça va d’un accident de voiture, à l’ingestion d’un aliment avarié en passant par le fait de se faire disputer par ses parents.

Et qu'est-ce que la Kinésiologie a à voir avec tout ça ?

La Kinésiologie utilise un test musculaire pour identifier la présence ou l'absence de stress. Comme je l’explique sur la page « description », le Dr. Goodheart a trouvé un lien entre la tonicité musculaire et le stress.

Comment ça marche ?

 

Admettons que le cerveau envoie un ordre de contraction au biceps. Normalement, le biceps va répondre correctement à l’ordre et se contracter.

 

En présence de stress, tout change ! 

 

GOODHEART s’est rendu compte que le message de contraction était en quelque sorte brouillé par le stress. Ce qui entraîne une perte de tonicité musculaire.

J’utilise ce test en séance pour déterminer quels sont les facteurs de stress (émotions, zone du corps, période de vie, etc.).

 

Je l’utilise aussi pour déterminer le meilleur protocole pour la personne par rapport à sa problématique.

De l'utilité du subconscient

Le subconscient est très utile! Il nous permet de parler et de marcher en même temps, ou de conduire sans devoir être attentif à 100% (ce qui n'est pas recommandé, mais passons).

 

Mais il nous embête aussi car il réagit, parfois avec excès, aux événements de notre vie.

 

C’est handicapant car on ne sait pas comment faire pour réagir autrement. Nous continuons de nous énerver pour des choses qui n’en valent pas la peine, d’être triste de ne pas avoir eu une meilleure note ou d'avoir peur des conflits.

 

Comprenez bien une chose, votre subconscient est là pour des raisons de survie !

Imaginez !

 

Vous êtes chasseur-cueilleur dans la forêt et vous entendez des bruissements à travers les branchages. Vos sens sont aux aguets et vous êtes prêt à réagir. Surgit alors un animal puissant qui, s’il en a l’occasion, vous mangera au dîner.

 

Eh bien votre cerveau ne va pas faire dans le détail.

 

Il enclenche directement le programme de survie : fuite. Car c’est la survie qui est importante ici, pas de voir si l’animal est plutôt rayé ou de teinte unie, s'il a le poil soyeux, etc.

C’est l’évolution qui a façonné notre cerveau ainsi.

 

Pour nous protéger. C’est donc un allié puissant.

 

Vous pourrez me dire que « nous ne vivons plus dans la forêt, plus besoin de ces choses là ».

 

Oui ! Mais non ! Car aujourd’hui la survie est dans la jungle de nos sociétés.

Voici quelques exemples qui pourront vous éclairer :

  • On se moque de vous lorsque vous prenez la parole ? Le mécanisme de survie pourra être la timidité et une faible confiance en soi (pas de prise de parole donc pas de moqueries).

  • On vous reproche d'être "mou du g'noux" ? Votre subconscient va programmer "être inactif c'est mal". Et vous serez plus susceptible de faire un burn-out.

  • Un parent gronde son enfant car il a eu une mauvaise note ? Le cerveau va intégrer "je suis nul en ...", il sera alors complexe de déprogrammer ça. On peut alors constater un nombre important de personnes qui disent "j'ai toujours été nul en math".

Comme vous le voyez, le cerveau est très habile pour trouver des moyens, des "programmes" à créer, pour que la souffrance s'arrête.

 

Ces mécanismes subconscients sont donc un rempart nécessaire pour maintenir notre intégrité physique et psychique. Un rempart qui parfois nous enferme dans des schémas nocifs « pour notre bien », mais suffisamment utile pour que nous l’ayons conservé durant les milliers d’années d’évolutions de notre espèce.

Comment s'en sortir ?

On pourrait croire que c’est peine perdu, que c’est trop dur de changer.

Je ne vais pas vous mentir.

 

Oui, ce n’est pas facile.

Pour expliquer pourquoi c’est difficile de changer je vais utiliser une métaphore automobile.

Imaginez que vos réactions automatiques soient accessibles par des autoroutes et vos réactions conscientes par des départementales. Maintenant imaginez que votre pensée soit une voiture.

Que préférez-vous ?

  • Prendre l’autoroute, plus rapide et plus économique en énergie

  • Prendre la départementale, plus longue, plus consommatrice d’énergie

La réponse parait évidente ; et c’est pour cela que nous avons du mal à sortir de nos schémas nocifs.

Le monde cérébral a quand même plusieurs avantages par rapport au monde matériel :

  1. On peut l’utiliser gratuitement ! Ce qui n’est pas le cas des autoroutes !

  2. Plus on emprunte une route, ou un chemin de pensée, plus il devient rapide et économique en énergie. Avec pour exemple flagrant, l’apprentissage de la marche.

Ces chemins sont parfois bloqués par des croyances (« je ne mérite pas qu’on s’intéresse à moi », par exemple) et l’aide d’un thérapeute est parfois utile pour les dépasser.

Sachez dans tous les cas qu’il est possible de changer efficacement et durablement.

 

En faisant l’effort d’emprunter régulièrement cette départementale, qui semble difficile d’accès, vous pourrez mettre en place de nouvelles habitudes saines pour vous.

Albert Einstein disait :

"La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent"

J'ai souligné l'importance du subconscient parce qu'il est beaucoup utilisé par des thérapeutes. Que ce soit en Hypnose, en psychothérapie ou en Kinésiologie, la porte du subconscient est souvent ouverte pour mettre en lumière nos schémas et croyances nocives.

J'espère que cet article vous a plu, si c'est le cas vous pouvez le faire savoir en partageant, en commentant, en courant les bras en l'air, que sais-je !

Merci de m’avoir lu !

 

A bientôt pour un prochain article et au plaisir de vous recevoir en séance !

Stéphane Vimpierre