Mentions légales

Cabinet de Kinésiologie - Le Sappey en Chartreuse - svimpierre@gmail.com

La magie du cerveau :

Mémoire et émotions (Partie 1/2)

Le cerveau ; machine on ne peut plus complexe et mystérieuse !

Dans cette première partie je vous donnerai quelques clés pour mieux comprendre son fonctionnement.

 

Bien évidemment, ce sont des approximations, faites vos propres recherches et posez moi vos questions, nous pourrons échanger sur ce que vous avez trouvé !

Bonne lecture !

Vous aviez peut-être deviné, la réponse était :

ça génère une réaction automatique de votre cerveau.

J’ai une question pour vous : Quel est le point commun entre le parfum d’un de vos ex, la vue d’une tartiflette qui sort du four et le son des ongles qui griffent un tableau en ardoise ?

Le parfum d’un de vos ex vous fera peut-être une boule au ventre ou vous rappellera de mauvais souvenirs.

La vue d’une tartiflette qui sort du four pourra vous faire salivé (ou carrément baver si vous aimez beaucoup le fromage) et enfin, les ongles qui griffent le tableau noir pourront générer une sensation désagréable, presque comme si vous entendiez réellement le son.

Une énigme pour commencer !

Comment ça, "une réaction automatique" ?

Pour être plus précis, c’est une réaction subconsciente. En effet, parler, marcher, conduire un véhicule, digérer un repas, vous endormir, réagir aux insultes ; tout cela est géré en grande partie par votre subconscient.

Eh oui ! Même réagir aux insultes est conditionné par votre subconscient.

Vous pourrez alors me dire « Mais, du coup, je ne contrôle pas consciemment ma vie ? ».

Oui, c’est presque ça.

 

Imaginez que vous ayez à penser à contracter et à détendre les bons muscles au bon moment pendant que vous marchez. La charge mentale de cette activité serait tellement énorme qu’il nous faudrait une quantité d’énergie gigantesque pour nous déplacer quotidiennement.

De même, lorsque l’on vous insulte, votre cerveau ne va pas prendre le temps d’analyser la phrase. Il va réagir automatiquement ; cette réaction sera différente pour chaque personne suivant son vécu, ses croyances, etc.

Ces réactions (ou programmes cérébraux) peuvent être « déprogrammées » en étant plus conscient de ce que les stimuli déclenchent chez nous.

 

Comment être plus conscient ? 

 

En travaillant sur soi, en faisant du développement personnel ou en consultant un thérapeute.

Nous allons maintenant regarder comment marchent ces mécanismes.

Les réactions subconscientes, comment ça marche ?

Il faut imaginer le cerveau comme un ordinateur très puissant, avec une très très grande mémoire. A chaque instant, il récupère des tonnes d’informations venant des 5 sens et des « capteurs internes » (température corporelle, rythme cardiaque, taux d’hormones, etc.). Il analyse ensuite ces données et cherche dans sa mémoire les situations similaires. Un « programme » parmi 3 grandes catégories est alors choisi.

1- Neutre. Rien ne se passe, vous avez cliqué dans le vide. Ce sont les situations de tous les jours

2- Tout va bien ! Vous venez d'installer le programme "Coin à myrtilles ici". Votre cerveau va ordonner la libération d'hormones de détente et va activer le système nerveux parasympathique. Vous êtes bien content d'avoir trouvé ce coin !

3- Alerte ! Un virus est en train d'attaquer la machine, il faut réagir, et vite ! Là, le cerveau libère des hormones pour augmenter la pression artérielle et génère des sensations désagréables (la fameuse boule au ventre). C’est un programme de réaction au stress. Pour ce cas-ci, il y aura 3 types de réactions : la lutte, la fuite ou l’inhibition.

Pour le cas 3, c'est lorsqu'on a déjà vécu des événements stressant. Mais que se passe-t-il lorsque c'est la première fois ?

Le premier stress !

On se passerait bien de cette première fois-là. Mais elle est formatrice !

A ce moment-là, le cerveau va enregistrer les paramètres de l’événement (luminosité, couleurs, position corporelle, ton de la voix, mots employés…) et stocker ça dans la base de données sous l’étiquette « stressants ».

 

La réaction de lutte, de fuite ou d’inhibition sera choisie par le cerveau en fonction de l’événement en question, des expériences précédentes et du « câblage » par défaut du cerveau.

 

Le câblage par défaut désignant les programmes innés que l’évolution a permis de sélectionner (la peur qui nous gagne en forêt la nuit par exemple).

Mais tout ça c'est abstrait ! Prenons un exemple :

Un enfant assiste à la dispute de ses parents. Pendant ce temps, il mange son plat de brocolis. Le ton monte, la lumière est intense, il y a l’odeur et le goût des brocolis qui arrivent au cerveau de l’enfant. L'enfant a peur et est triste devant cet événement.

Tout ça est stocké dans la mémoire à court terme puis sauvegardé dans la mémoire subconsciente.

Cet événement de la vie quotidienne pourra avoir plusieurs conséquences.

 

La peur des disputes futures, une allergie ou un dégoût des brocolis ou encore la tendance à se soumettre lors d’une dispute, pour la faire cesser.

 

Bien sûr tout ça ne se produira pas forcément mais ça peut être des conséquences de cette dispute.

Résumons :

  • Notre cerveau récupère des informations tout au long de la journée grâce à des capteurs (5 sens et capteurs internes).

  • Il analyse ces informations très rapidement pour vérifier si elles sont neutre, OK ou PAS OK en termes de « survie ».

  • Il enclenche ensuite un programme de détente ou de réponse au stress.

  • Il enregistre, le cas échéant, l’événement stressant, renforçant de ce fait la validité du programme déclenché auparavant.

"Ecoute ton cerveau, il est plus intelligent que toi"

Philippe Michel

Voilà pour cette première partie ! Merci de m'avoir lu, j’espère que vous en savez maintenant plus sur votre cerveau et comment il fonctionne.

Si cet article vous a plu n'hésitez pas à le partager sur facebook ou a vos amis.

Dans la deuxième partie j'aborderai la question du stress, de son rapport avec la Kinésiologie et du rôle du subconscient.

 

A bientôt pour le prochain article et au plaisir de vous recevoir en séance !

Stéphane Vimpierre